Publié par 2 commentaires

Un fabuleux week-end à Londres !

FIPI,coseil en image,style,image,image consulting,

Photo chantal.ats

En bonne compagnie : trois femmes qui ne pouvaient que me booster et me confirmer que j’avais fait les bons choix !

De gauche à droite : Nevo Burrell, Consultante en Image et enseignante à Londres, Carolyn Doelling mannequin (72 ans) USA, Snjezana MacLean Consultante en Image à Londres.

 

Un fabuleux week-end à Londres dans le cadre de la réunion annuelle de la Fédération des Professionnels Internationaux de l’Image (FIPI) avec en première journée, vendredi vingt septembre, la visite au Victoria & Albert Museum d’une exposition sur Mary Quant, l’icône de la mode des années 1960, et une deuxième journée de conférences, le samedi 21, toutes aussi passionnantes les unes que les autres, sur le thème « The Changing Face of Fashion », avec des intervenantes et des participantes venues des cinq continents.

S’il y a une personne qui a contribué dans les années soixante à faire de Londres, depuis plus d’un demi-siècle, le centre par excellence de l’expérimentation et de l’innovation de la mode, qu’elle soit sociétale ou vestimentaire, c’est bien Mary Quant.

 

Photo chantal.ats

 

Ses origines, issue d’une famille de mineurs gallois, y sont surement pour beaucoup dans sa volonté de briser les stéréotypes traditionnels, la hiérarchisation des classes et de rendre la mode accessible au plus grand nombre. Son esprit irrévérencieux, son énergie légendaire et ses origines lui ont ouvert la rue comme source d’inspiration.

 

 

truevintagefashion
celebs reddit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une tenue inventée par Mary Quant il y a cinquante ans et portée aujourd’hui n’aura rien perdu de son actualité. C’est dire à quel point elle était non seulement en avance sur son temps mais continue à influencer les stylistes d’aujourd’hui.

 

Photo : chanta.ats Avec Jo Allen, membre du Bureau du FIPI et organisatrice de l’événement.

 

 

Photo : Psychology.fashion

C’est Carolyn Mair, PhD en neuro-science et Professeur de psychologie à « University of the Arts » de Londres, qui a donné le ton de la deuxième journée avec sa conférence intitulée « The Future of Fashion : Changes and Challenges ». Le Professeur Carolyn Maier est à l’origine du tout premier programme universitaire à l’échelle mondiale menant à un diplôme de maîtrise en psychologie appliquée à la mode et à l’image et d’une maîtrise en psychologie pour les professionnels de la mode.

Paradoxe ! Cette première intervention, alors qu’elle avait un caractère plutôt scientifique, me remplissait d’émotions. J’étais enfin parmi une assemblée de personnes qui par leur envergure, leur travail, leur réputation au niveau international, donnaient au métier de Consultante en Image l’assise et la place que je lui ai toujours accordé mais que dans mes contacts jusqu’alors en France, on lui a trop souvent refusé. Où, un webmaster dont j’ai estimé le travail et la compétence, a prétexté de la frivolité de mon métier pour se justifier de mettre fin à notre collaboration, où une professeure de Français des collèges s’est, devant moi pendant une heure, permise de discourir sur l’inutilité de mon métier ?

Plutôt que de ressentir cette conférence comme une revanche je vivais ce moment comme une épiphanie, mon entrée chez mes pairs, « finally I was at home ». Je ressentais du plaisir, de la satisfaction, de la joie même et surtout l’énergie et la volonté de profiter pleinement de l’avenir qui s’offrait à moi en tant que Consultante en Image grâce à cette culture pleinement ouverte sur mon métier.

 

La deuxième intervenante, Tara Button est une auteure, éco-militante et entrepreneure. Son intervention était intitulée :

Photo : BuyMeOnce: Tara Button La créatrice de « BuyMeOnce.com avec la fameuse casserole « Le Creuset », une casserole qui est faite pour durer.

« A Life LessThrowaway». En 2016, elle a fondé Buy Me Once, un site Web qui recommande des produits de haute qualité, conçus pour résister à l’épreuve du temps et rester en dehors des décharges et sites d’enfouissement. Buy Me Once a pour objectif de changer définitivement nos habitudes d’achat en promouvant les marques qui accordent une grande importance au développement durable et à la longévité.

Elle a commencé sa vie active loin de telles préoccupations quand elle travaillait dans la publicité et essayait de persuader les parents d’acheter davantage de chocolat pour leurs enfants. C’est la beauté et la durabilité d’une marmite Le Creuset qui lui ont procuré cette énorme satisfaction de savoir que pour le reste de sa vie elle n’aurait non seulement plus jamais besoin d’en acheter une autre mais qu’elle pourrait même aller jusqu’à la transmettre à ses enfants. Etant moi-même la propriétaire d’une marmite Le creuset taille 28 depuis 18 ans et qui bien entendu m’a suivie dans mon déménagement à Londres, j’ai bien compris ce qu’elle voulait nous communiquer et ceci d’autant plus qu’après l’électronique, la « mode », celle qui pousse les gens à changer de tenues avant même de les avoir portées et d’encombrer leurs armoires de vêtements inutiles, est le deuxième secteur économique le plus polluant.

Et c’est là où elle a rejoint le travail des Consultantes en Image, tout spécialement dans l’aide que celles-ci peuvent apporter pour définir le style de chacun. Connaître son style, j’irais même plus loin en disant connaitre son tiercé gagnant, c’est savoir quoi acheter, c’est savoir constituer des tenues avec un minimum de vêtements, c’est rendre ces vêtements permutables et multiplier ainsi le nombre de tenues. Connaître son style et son tiercé gagnant c’est éviter les achats inutiles et superflus, en un mot c’est se sentir à l’aise en toute circonstance en diminuant ses achats et par la même en faisant sa petite part pour le maintien d’un environnement de qualité. Dans ce sens elle a également parlé du métier de Personnal Shopper, fonction qui fait pleinement partie des compétences de toutes Consultante en Image. Le Personnal Shopper dans le sens qu’il se veut être un accompagnement et de l’aide pour que la personne puisse passer du stade de simple consommateur à celui d’acteur et décideur de ce qu’elle porte. Une voie qui nous ouvre la perspective à acheter moins mais mieux aussi bien au niveau quantitatif que qualitatif et ainsi encore une fois contribuer, chacun à son niveau, à préserver notre environnement.

Ce fut ensuite la pause déjeuner, et à ce sujet j’ai une anecdote que j’aimerais vous partager. Lors de mon inscription au congrès de la FIPI au mois de juin on m’a demandé si j’avais des exigences ou des interdits alimentaires. Je leur ai répondu qu’en effet j’avais une allergie à l’ananas suffisamment forte pour pouvoir déclencher des réactions sévères de type anaphylactiques.

A la fin de la cession du matin une personne est venue me trouver pour m’informer en Anglais qu’une assiette spéciale m’avait été confectionnée où chaque aliment avait été contrôlé et examiné pour s’assurer qu’il n’avait pas été en contact avec de l’ananas. La personne n’étant pas certaine que je l’avais pleinement comprise vu mon niveau d’Anglais est allée chercher une de ses collègues qui parlait Français pour me confirmer ce que j’avais déjà compris. Cette extrême attention m’a beaucoup touchée.

La cession de l’après-midi a commencé avec l’intervention de Polly Holman ancienne Présidente du FIPI et qui enseigne au « London College of Fashion ». Elle nous a entretenus sur « Are Algorithms, AI and Avatars the Future of Styling ? ».

Photo chantal.ats. En compagnie de Polly Holman

 

Depuis plus de 20 ans, Polly Holman allie sa consultation privée et son enseignement au « London College of Fashion » à Londres et Dubaï lui donnant par là une perspective unique sur le marché mondial du stylisme. Elle a formé des stylistes originaires de 145 pays et ses stagiaires sont aussi bien des stylistes responsables de marques, qu’elles soient nationales ou internationales, que des personnal shoppers, que des formateurs. Au cours des trois dernières années elle a travaillé sur la création d’algorithmes d’apprentissage automatique pour le commerce de détail sur une plate-forme internet, d’où le titre de sa conférence.

Avec mon Anglais encore quelque peu rudimentaire et le sujet traité je dois dire que je n’ai peut-être pas saisi l’intégralité et la richesse de l’intervention de Polly Holman. Par contre, à travers sa présence et son charisme j’ai bien compris que j’étais là devant une des grandes dames à l’échelon international de la mode, du style et de l’image. Dans la partie moins technique de sa présentation j’ai tout particulièrement apprécié sa façon de dire que même s’il on considère que le fait de s’occuper de vêtements peut pour certains paraître superficiel, il n’empêche que derrière le vêtement se cache l’estime de soi, les angoisses lorsque l’on ne se sent pas bien, les jugements portés à notre égard, autant de ressentis et de sensations qui eux sont bien « une réalité » et qui n’ont rien de superficiels.

 

Ce fut ensuite au tour d’Eva May Person de Healing Image HI de nous parler de : « How Image Professionnals Can Help Survivors of Abuse ». Une femme qui se sert de son vécu de personne ayant été violée et de la façon dont elle a pu s’en sortir en utilisant l’image pour aider les autres. J’ai ressenti que pour certaines son intervention n’avait pas vraiment sa place dans le cadre du FIPI ou que d’autres ressentaient qu’elle s’apitoyait peut-être trop sur son sort. Pour moi qui ait été meurtrie dans mon corps dès mon plus jeune âge, je sais quelle force et dépassement il faut pour arriver à en parler en public et je sais que d’y arriver est la voie royale de la guérison. Quant à la contribution de l’image, je sais également à quel point le fait d’être Consultante en Image fut un des moyens, si petit soit-il, qui m’a aidée à reprendre pleinement contact avec mon corps. Après un viol, arriver à reprendre contact avec son corps, à se le réapproprier, est primordial et est assurément l’aboutissement d’un long travail nécessaire. Peut-être faut-il avoir été meurtri à tel point dans son corps pour saisir combien l’image peut être une des bouées de secours disponible dans le cheminement conduisant à la guérison suite à un viol. En ce sens je ne pouvais qu’être sensible aux paroles d’Eva May Pearson et savoir que sa communication avait pleinement sa place lors de ce congrès du FIPI et je la remercie d’avoir eu le courage de parler en public de son vécu.

Finalement, Azrene Ahmed, Directrice du Programme Master d’Imago, Malaisie, nous a présenté sa vision de ce qu’elle entrevoyait comme « The Rise of Modest Dressing ». J’ai vraiment été impressionnée par Azrene Ahmed, par la force qui se dégageait de ce petit bout de femme. J’ai été d’autant plus impressionnée que j’ai ressenti que c’était une femme de pouvoir tout en gardant une grande simplicité, deux traits de caractère qui donnent de l’envergure à celle ou celui qui sait les allier. Et tout ceci en nous décoiffant avec son voile porté avec la plus grande élégance et noblesse. Du coup j’ai fait quelques recherches sur le personnage que j’aimerais vous partager.

Photo chantal.ats Avec Azrene Ahmed.

Azrene Ahmed est malaisienne. Pour la petite histoire et question de situer le personnage il faut savoir qu’elle est la fille du premier mariage de Rosmah Mansor qui en seconde noce a épousé Najib Razak, premier Ministre de Malaisie de 2009 à 2018 avec qui elle a passé le plus clair de son enfance et adolescence. Najib Razak est l’un des hommes politiques malaisiens ayant occupé le plus de fonctions régaliennes.

Suite à sa défaite aux élections de 2018, Najib Razak est accusé de corruption et de détournement d’argent pour une somme se montant à un milliard de dollars. Et c’est là où la personnalité, le caractère bien trempé d’Azrene Ahmed se révèle pleinement. Quelques heures à peine après la défaite électorale de son beau-père, Azrene publie un texte sur Facebook qui devient virale en Malaisie. Elle écrit qu’elle adorait initialement ses deux parents mais qu’elle a dû se rendre à l’évidence et qu’il lui a fallu des années pour reconnaître et admettre les abus et les mauvais traitement infligés par sa mère, un chemin qui lui a infiniment coûté.

Alors que les spéculations sur le train de vie et la corruption de l’ancien couple présidentiel sont au plus haut Azrene mentionne les comptes ouverts dans des banques du monde entier, les valises bourrées d’argent, l’argent dépensé comme si c’était de l’eau, elle-même utilisée comme « mule », la tentative de sa mère de la vendre au plus offrant et plus puissant afin de promouvoir ses ambitions sociales et politiques. Son texte n’est pas pour rien dans la perquisition qui a lieu à leur domicile au cours de laquelle la brigade anticorruption trouve une cache d’objets de luxe d’une valeur de 273 millions de dollars, comprenant 1 400 colliers, 567 sacs à main, 423 montres, 2 200 bagues, 1 600 broches et 14 diadèmes, la plus grande saisie de l’histoire de la Malaisie.

Pas besoin d’en dire davantage sur Azrene pour situer le personnage. Voilà qui ne faisait que confirmer l’impression qu’elle m’avait faite avant même que je m’informe davantage sur son parcours. Un parcours qui par bien des côtés s’apparente au mien à la différence près qu’elle vient d’une famille de pouvoir et moi d’un bidonville du cœur de l’Afrique. Nous avons en commun la trahison et la traitrise d’une mère si longtemps aimée mais finalement l’obligation d’une reconnaissance de l’évidence qui entraîne une telle douleur et demande un tel courage. Un travail sur soi de longue haleine qui aujourd’hui avec mes 40 ans exige encore de le poursuivre pour en prendre pleinement conscience, d’où mon slogan : aider chacun et chacune à prendre pleinement conscience de sa valeur et à vivre avec élégance.

 

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Un fabuleux week-end à Londres ! »

  1. Chère Chantal,
    Bravo pour ce courage et cette nouvelle vie londonienne…et ces belles et enrichissantes rencontres.
    Je te souhaite la réussite et l’épanouissement au travers de ton activité. La « belle et bonne image »…
    yes WE can !
    Florence

    1. Chère florence
      J’apprécie tes vœux et tes encouragements. Ce fut et c’est beaucoup de travail. Mais c’est excitant et je sens que j’ai fait le bon choix.
      Bonne réussite à toi je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.