Publié par Laisser un commentaire

Comment réaliser une cuisine élaborée et de qualité au quotidien dans un minimum de temps.

cuisine élaborée,Confiance en soi,estime de soi,développement personnel,nature profonde,Conseil en Image,bien habiller,

Si vous faites partie de ceux qui ont leur vie réglée comme du papier à musique, une vie organisée, à tel point qu’à chaque fin de journée vous avez toujours accompli ce qu’il y avait affaire alors cette actualité n’est pas pour vous. Non ! Elle est pour ceux qui comme moi, une journée sur deux, doivent parer au plus pressé et se retrouvent le lendemain à devoir faire ce qu’ils auraient du accomplir la veille ce qui n’est pas fait pour nous mettre à jour. Ce n’est pas pour autant que je ne suis pas organisée, mais voilà avec deux enfants de 13 et 9 ans qui sont ma joie et ce qui m’est le plus cher au monde et une activité indépendante qui est ma vocation, il n’y a pas toujours assez d’heures dans une journée pour finir ce qu’il y avait affaire. Pour ceux qui me connaissent un peu je suis l’aînée d’une fratrie de sept et à moins de dix ans c’est moi qui en ait eu l’entière responsabilité au quotidien, c’est à dire entre autre les nourrir, les tenir habillés et propres et sans, loin de là, toutes les équipements des conditions de vie modernes. Et tout ça tout en poursuivant ma scolarité.cuisine élaborée,Confiance en soi,estime de soi,développement personnel,nature profonde,Conseil en Image,bien habiller,

 

J’ai donc très tôt du prévoir, planifier, accomplir, c’est à dire être économe et efficace. Aujourd’hui parmi mes connaissances et ma clientèle je rencontre régulièrement des personnes qui sont débordées et submergées par les tâches quotidiennes et qui me demandent comment je m’y prends pour en plus du quotidien trouver le temps, entre autre, de pratiquer régulièrement une activité physique. En leur posant des questions sur leur fonctionnement j’ai l’impression que dans la plupart des cas le problème résulte en fait plus d’un manque de savoir que d’un manque d’organisation. Dans le sens que pour bien s’organiser il faut avoir certaines connaissances.

 

Encore récemment je parlais avec une cliente qui me disait qu’au niveau boulot ça allait mais que quand elle se mettait à la cuisine elle se sentait perdue. Je lui demandais un peu plus de précisions et c’est là où je me suis rendue compte qu’il y avait une pratique que j’utilisais fréquemment qui pouvait significativement la soulager si je la lui communiquais de façon à ce qu’elle se sente de l’adopter. Je vais donc vous la partager en souhaitant de tout mon cœur qu’elle puisse aider certains d’entre vous à être moins débordés et stressés.

C’est une pratique qui me permet d’offrir à ma famille une cuisine élaborée, faite maison, saine et pleine d’odeurs et de saveurs, et de le faire de façon régulière sans pour autant y passer quotidiennement un temps infini. Elle repose sur le fait qu’il y a plusieurs préparations culinaires qui peuvent chacune servir de base à l’élaboration de différents plats. Je prendrai comme exemple « la bolognaise », bien connue de tout le monde.

cuisine élaborée,Confiance en soi,estime de soi,développement personnel,nature profonde,Conseil en Image,bien habiller,

 

Comme son nom l’indique la bolognaise tire son nom de la ville de Bologne en Italie du nord. Pour tout le monde ou à peu près bolognaise rime avec spaghettis. Ironiquement ne dites pas à un Bolonais, l’habitant de Bologne, que vous mangez votre sauce bolognaise avec des spaghettis. Il vous répondra qu’à Bologne on ne mange pas de spaghettis, que les spaghettis sont originaires du sud de l’Italie et tout particulièrement de Naples. Non, à Bologne on mange des pâtes aux œufs et notamment des tagliatelles. Et à Bologne la bolognaise accompagne avant tout les tagliatelles mais aussi à l’occasion, les lasagnes ou la polenta. Dans mon cas en plus de ces trois plats elle accompagne également la pizza et un riz. Tout Bolonais ou Bolonaise vous dira également qu’une bolognaise digne de ce nom demande plusieurs heures de cuisson donc autant  en faire une pour justement accompagner ces différents plats à des dates différentes en on congelant une bonne partie. Je prépare ma bolognaise un jour où j’ai le temps non seulement de la mettre en route mais aussi de la laisser mijoter tranquillement pendant près de deux heures tout en faisant bien sûr autre chose  pendant cette période mais sans oublier de venir la surveiller régulièrement.

cuisine élaborée,Confiance en soi,estime de soi,développement personnel,nature profonde,Conseil en Image,bien habiller,

Donc quand je prépare une bolognaise je prévois d’en faire suffisamment pour justement accompagner ces cinq plats. Il s’agit dans un premier temps, déjà au niveau des courses, d’acheter les quantités nécessaires de viande et de légume pour la confection d’au moins cinq bolognaises. Tant que l’on a pas l’habitude d’une telle pratique cette première étape peut faire un peu peur, la peur de se retrouver avec une quantité de nourriture telle que l’on s’imagine qu’elle va entraîner du gaspillage. C’est un pas à franchir qui nous oblige en quelques sorte à sortir de notre zone de confort. Mais une fois que vous l’aurez franchi et que vous n’aurez plus qu’a sortir du congélateur une portion de bolognaise pour préparer un des plats pour lequel vous n’avez pas encore utilisé votre surplus de bolognaise vous réaliserez pleinement tout l’avantage en saveur et en gain de temps que vous offrira cette façon de faire. Dans un deuxième temps il est donc nécessaire d’avoir une batterie de cuisine adaptée à de telles quantités, des quantités qui représentent grosso modo cinq fois le volume de ce que vous avez l’habitude de cuire pour un repas. Par conséquent si vous êtes normalement quatre à tables cela veut dire des casseroles avec un volume permettant de cuir les quantités nécessaires pour nourrir une vingtaine d’individus. A nouveau ce sont là des appréhensions qu’il faut dépasser dans un premier temps pour finalement bénéficier de tous les avantages de cette nouvelle façon de faire. Ainsi dans mon cas lorsque je fais une bolognaise, c’est à dire une à deux fois pas mois, je la fais pour au mois une quinzaine de personnes vue que nous sommes le plus souvent trois et quelques fois quatre autour de la table.

cuisine élaborée,Confiance en soi,estime de soi,développement personnel,nature profonde,Conseil en Image,bien habiller,

Une fois la bolognaise cuite je la laisse refroidir. Puis je la divise en cinq part, m’en réserve une part pour le plat du jour et met les quatre autres parts dans des bocaux qui ferment hermétiquement ou des sacs à congélation. Sur chacun d’eux j’inscris le contenu et la date et place le tout au congélateur.

Le jour où je prépare la bolognaise je l’accompagne généralement avec des pâtes, que ce soient des tagliatelles, des spaghettis, des pennes ou toutes autres pâtes de votre choix. Ce jour là j’ai déjà passé pas mal de temps à la cuisine donc autant servir cette part de bolognaise avec des pâtes qui elles prennent peu de temps à préparer. Cela n’empêche pas que j’offre là à ma famille un plat des plus élaboré et savoureux. Il y a quelques jours nous subissions une vague de chaleur et il faisait une température quasi tropicale. Je n’avais vraiment aucune envie de passer beaucoup de temps aux fourneaux. J’ai donc, la veille, sortie une portion de bolognaise du congélateur que j’ai faite décongeler dans le réfrigérateur et le lendemain je l’ai incorporée à de la polenta accompagnée d’une agréable salade, question d’apporter un peu de fraîcheur. En une demie heure le tour était joué et nous avons savouré un repas équilibré bien agréable et nous nous sommes tous régalés.

Pour la confection de chaque repas j’essaye de partir avec des produits le plus frais et le moins transformés possibles, l’idéal étant de pouvoir acheter ses produits directement aux producteurs comme cela est possible dans une bonne partie de la France aux jours de marché. Je veille à offrir à ma famille, et tout particulièrement à mes deux jeunes enfants, des repas avec toujours plusieurs légumes tout en faisant qu’il y ait un bon équilibre tant au niveau des nutriments, tout particulièrement protéiques, que du cuit et du cru. Chacun des cinq plats ayant la bolognaise comme base sera accompagné par une salade le plus souvent composée. En plus donc des légumes cuits dans la bolognaise grâce à cette salade le repas comprendra trois ou quatre légumes crus qui suivant les saisons peuvent être : oignons, échalote, laitues/salades vertes, endives, betteraves rouges rappées, carottes rappées, tomates, poivron, radis rouges, radis noirs rappés, feuilles d’épinard, mâches, pissenlits … La liste est longue, il y en a pour tous les goûts et il n’y a que l’embarras du choix.cuisine élaborée,Confiance en soi,estime de soi,développement personnel,nature profonde,Conseil en Image,bien habiller,

 

Question sauce pour la salade, encore une astuce qui me fait gagner du temps et épargner de la peine. Bien sûr vous aurez deviné question philosophie de vie que je ne suis pas de celles qui achètent des assaisonnements tout préparés. Je prépare ma vinaigrette généralement pour le mois, puis je la verse dans des bacs à glaçon et il ne me reste plus qu’à sortir un cube une heure avant le repas. Encore une fois il y a un pas à franchir ! Mais croyez moi ! Une fois que vous l’aurez franchi, que vous aurez pris le pli, que ce ne sera plus qu’une question d’habitude et de routine, vous ne le regretterez pas et vous vous demanderez pourquoi vous ne l’avez pas fait plus tôt. Voilà qui vous laissera du temps, autant de temps pour vous consacrer davantage à ce qui compte pour vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.